L’oxygénothérapie hyperbare améliore les fonctions neurocognitives et les symptômes de la maladie post-COVID : essai contrôlé randomisé – Rapports scientifiques

les patients

Les patients étaient âgés de ≥ 18 ans et présentaient des symptômes cognitifs post-COVID-19 affectant leur qualité de vie et persistant pendant plus de trois mois après un test RT-PCR confirmant une infection symptomatique par le SRAS-CoV-2. Les patients ont été exclus s’ils avaient des antécédents de déclin cognitif pathologique, de lésion cérébrale traumatique ou de toute autre pathologie cérébrale connue non COVID-19. Les critères d’inclusion et d’exclusion sont énumérés dans les informations supplémentaires.

Conception d’essai

Une étude exploratoire prospective, randomisée, en double aveugle, contrôlée par simulation, de phase II a été menée du 14 décembre 2020 au 27 décembre 2021 au Shamir Medical Center (SMC), Israël. Après avoir signé un consentement éclairé, les patients ont été randomisés dans des groupes de contrôle HBOT ou simulés dans un rapport 1: 1 selon un tableau de randomisation automatisé, sous la supervision d’un enquêteur en aveugle. Pour évaluer le masquage des participants, les patients ont été interrogés après la première séance sur leur perception du traitement qu’ils recevaient. La procédure d’évaluation a été effectuée au départ et 1 à 3 semaines après la dernière session d’OHB/contrôle. Tous les évaluateurs ont été aveuglés à l’affectation du groupe des patients. L’étude a été approuvée par l’Institutional Review Board (IRB) de SMC (n° 332-20-ASF) et tous les participants ont signé un consentement éclairé avant l’inclusion. Toutes les recherches ont été menées conformément aux directives et réglementations en vigueur. Cette étude est enregistrée auprès de ClinicalTrials.gov, numéro NCT04647656 le 01/12/2020.

Intervention

Les protocoles HBOT et simulés ont été administrés dans une chambre multisite Starmed-2700 (HAUX, Allemagne). Le protocole consistait en 40 séances quotidiennes, cinq séances par semaine sur une période de deux mois. Le protocole HBOT impliquait de respirer 100% d’oxygène à travers un masque à 2ATA pendant 90 minutes avec des pauses d’air de cinq minutes toutes les 20 minutes. Les taux de compression/décompression étaient de 1,0 m/min. Le protocole factice impliquait de respirer 21 % d’oxygène à travers un masque à 1,03 ATA pendant 90 minutes. Pour masquer les contrôles, la pression de la chambre a été augmentée à 1,2 ATA pendant les cinq premières minutes de la session, ainsi que le bruit aérien circulant suivi d’une décompression (0,4 m/min) à 1,03 ATA pendant les cinq minutes suivantes.

Résultats primaires et secondaires

Le principal résultat de l’étude était l’évaluation cognitive telle qu’évaluée par la batterie de tests cognitifs informatisés Mindstreams (NeuroTrax Corporation, Bellaire, TX). Cette évaluation évalue plusieurs domaines cognitifs, notamment : la mémoire, les fonctions exécutives, l’attention, la vitesse de traitement de l’information et la motricité. Les scores cognitifs ont été normalisés pour l’âge, le sexe et le niveau d’éducation. Les méthodes de test sont décrites dans les informations supplémentaires.

Les résultats secondaires comprennent les mesures suivantes :

Des IRM cérébrales ont été réalisées sur un scanner MAGNETOM VIDA 3 T configuré avec des bobines de tête de récepteur à 64 canaux (Siemens Healthcare, Erlangen, Allemagne). Le protocole d’IRM comprenait une récupération par inversion atténuée par les fluides (FLAIR) pondérée en T2, une imagerie pondérée en fonction de la susceptibilité (SWI), un MPRAGE 3D pondéré en T1 à haute résolution avant et après contraste, un contrôle de la susceptibilité dynamique (DSC) pour le calcul de cartes quantitatives de perfusion cérébrale et imagerie du tenseur de diffusion (DTI) pour les changements de microstructure dans l’analyse de la matière grise et blanche. Une description détaillée se trouve dans le . Brièvement, le prétraitement des images DSC et DTI a été réalisé à l’aide du logiciel SPM (version 12, UCL, Londres, UK) et comprenait la correction de mouvement, le co-registration avec les images MPRAGE T1, la normalisation spatiale et le lissage spatial avec une taille de noyau de 6 mm pleine largeur à mi-hauteur (FWHM). L’analyse de perfusion quantitative du cerveau entier a été effectuée comme décrit dans les études précédentes39.40† L’intensité du signal MR a été convertie en concentrations de Gd, l’AIF a été déterminée automatiquement, ajustée à la fonction de variation gamma et déconvoluée voxel par voxel pour calculer les cartes de perfusion cérébrale.

La suppression du bruit des volumes cérébraux de diffusion a été réalisée à l’aide d’un filtre LMMSE anisotrope conjoint pour l’élimination du bruit ricien stationnaire41 et le calcul des cartes DTI-FA (anisotropie fractionnelle) et MD (diffusivité moyenne) a été effectué à l’aide d’un logiciel interne écrit dans Matlab R2021b (Mathworks, Natick, MA).

Les questionnaires autodéclarés inclus étaient le Short Form-36 (SF-36) pour évaluer la qualité de vie, le Pittsburgh Sleep Quality Index (PSQI) pour évaluer la qualité du sommeil, le Brief Symptom Inventory (BSI-18) pour évaluer les problèmes psychologiques , basé sur trois sous-échelles : la dépression, l’anxiété et la somatisation, et le Brief Pain Inventory (BPI) pour mesurer l’intensité et l’impact de la douleur.

L’odorat a été évalué par le Sniffin’ Sticks Test (Burghardt, Wedel, Allemagne). Le kit est standardisé pour l’âge et le sexe. Le goût a été évalué par un Taste Strip Test (Burghardt, Wedel, Allemagne), qui comprenait quatre saveurs : amère, acide, salée et sucrée.

Les mesures de la fonction pulmonaire ont été réalisées par un spiromètre KoKo Sx1000 (Nspire health, USA). Des échantillons de sang ont été prélevés pour la numération globulaire complète, la chimie et les marqueurs inflammatoires. Les participants ont été surveillés pour les événements indésirables, y compris les barotraumatismes (oreille ou sinus) et la toxicité de l’oxygène (poumon et système nerveux central). Cet article traite des aspects cognitifs et comportementaux de la condition post-COVID-19. D’autres résultats secondaires, y compris l’évaluation neurophysique, les tests d’effort cardio-pulmonaire, l’échocardiographie et l’imagerie cérébrale fonctionnelle, seront présentés dans de futurs manuscrits.

analyse statique

Les données continues sont exprimées sous forme de moyennes ± écarts-types (ET). Des tests t indépendants bilatéraux ont été effectués pour comparer les variables entre les groupes lorsqu’une hypothèse de normalité était valide selon un test de Kolmogorov-Smirnov. Les tailles d’effet net ont été évaluées à l’aide de la méthode d de Cohen, définie comme l’amélioration par rapport au départ après une intervention fictive soustraite de l’amélioration après l’OHB, divisée par l’écart type regroupé du score composite. Les données catégorielles ont été exprimées en nombres et en pourcentages, par rapport aux tests exacts du chi carré/Fisher. Pour évaluer l’effet de l’OHB, une ANOVA à mesures répétées à modèle mixte a été utilisée pour comparer les données post-traitement et pré-traitement. Le modèle comprenait le temps, le groupe et l’interaction à la fois. Pour les comparaisons multiples, une correction de Bonferroni a été utilisée. Une valeur de p < 0,05 était considérée comme significative. Les corrélations de Pearson ont été réalisées entre les changements de perfusion et de diffusion et le changement des scores du questionnaire avant et après l'OHB et le simulacre. L'analyse des données d'image a été effectuée sur les cartes CBF, FA et MD normalisées, en utilisant la méthode basée sur les voxels pour générer des cartes paramétriques statistiques. Un masque anti-poussière gris a été appliqué sur les cartes CBF et MD et un masque anti-poussière blanc sur les cartes FA (avec un seuil de 0,2). Un modèle ANOVA à mesures répétées intra-sujet a été utilisé pour tester le principal effet d'interaction entre le temps et le groupe, implémenté dans le logiciel SPM (version 12, UCL, Londres, Royaume-Uni). Une correction de Hochberg séquentielle a été utilisée pour corriger plusieurs équations (P < 0,05)42† L’analyse des données a été effectuée à l’aide de Matlab R2021b (Mathworks, Natick, MA) Statistics Toolbox.

La taille estimée de l’échantillon a été calculée sur la base de notre étude récente sur des adultes en bonne santé19† Une amélioration du score cognitif global Mindstreams-NeuroTrax de 5,2 et 0,8 points, avec un écart type de 6,7 points, a été observée dans les groupes OHB et témoin, respectivement. En supposant une puissance de 80 % et un niveau de signification bilatéral de 5 %, un total de 74 participants serait nécessaire, 37 participants dans chaque bras. En tenant compte d’un taux d’abandon de 15 %, la taille totale de l’échantillon requis est de 85.

#Loxygénothérapie #hyperbare #améliore #les #fonctions #neurocognitives #les #symptômes #maladie #postCOVID #essai #contrôlé #randomisé #Rapports #scientifiques

Laisser un commentaire